L’étude du mégalithisme

Le mégalithisme est un phénomène très complexe présent dans le monde entier, aussi bien en Europe de l’Ouest qu’en Afrique ou en Asie. Un mégalithe (du grec méga et lithos “grandes pierres) désigne un monument de l’architecture néolithique construit à partir de grandes pierres. De nombreux scientifiques ont étudié les mégalithes afin de pouvoir en tirer des conclusions et de pouvoir comprendre leurs buts et leur origine.

L’une des questions que les scientifiques se posent est le mode de vie des constructeurs de ces mégalithes. Il s’agit pour eux de comprendre une culture aujourd’hui disparue et cela se fait à travers l’étude des objets retrouvés tels que des ossements, des poteries ou des outillages lithique mais aussi à travers l’étude des monuments en eux-mêmes. Ces monuments ont parfois été réutilisés par d’autres civilisations mais aussi détruits ou pillés au fil du temps.

Le mégalithisme est une branche de l’archéologie préhistorique. Ce n’est donc pas une science précise d’après le célèbre préhistorien Serge Cassen puisqu’elle repose surtout sur des hypothèses.

Au cœur des recherches sur les mégalithes se trouvent bien sur la question des sépultures et de leurs architectures et mobiliers. On connait très mal les méthodes de construction des mégalithes puisqu’ils ont été érigés à l’aide de très lourdes pierres, ce qui semble difficile à main nue. Ce que l’on sait sur ces monuments, c’est qu’ils ont été construits dans le cadre de sépulture par des sociétés hiérarchisées et organisées.

Les recherches doivent donc prendre en compte le milieu naturel du mégalithique mais également la datation du mégalithique, ce qui peut parfois poser des problèmes méthodologiques.

Un laboratoire d’anthropologie préhistorique a été créé par Pierre Roland Giot en 1944 à Rennes. Dans ce laboratoire, il a mené de nombreuses fouilles et des restaurations mégalithiques à l’aide de techniques scientifiques très performantes.